Mich Elm s’essaye au pamphlet, bis*

Ma’me Trogneux -Macron s’oppose à la fessée et c’est son droit. Seulement, connaissant ses antécédents vis-à-vis des enfants/adolescents, Michel M. estime qu’elle aurait mieux fait la fermer plutôt que de proférer cela : « …L’enfant n’est pas un droit, l’enfant est un devoir. On doit l’aimer, et à partir de ce moment-là il est armé pour la suite ».

Aussi, son sang ne faisant qu’un tour, il s’est fendu d’un texte qu’il a pondu au bout d’une relativement longue gestation. Initialement publié sur le site Sputnik (« Commenter via Sputnik »), il l’estime tellement bon qu’il le publie ci-dessous (sachant en outre que du fait de la fréquentation de son blog, il ne risque guère de passer sous les fourches caudines d’Anasthasie, hé ! hé ! hé!, et contrairement au risque encouru sur le site ci-dessus cité).

Brigitte Macron : « L’enfant n’est pas un droit, l’enfant est un devoir. On doit l’aimer, et à partir de ce moment-là il est armé pour la suite ».
Le gauchisme, puis le néo gauchisme dans toute son horreur : l’Amour est tout, l’Amour permet tout, l’Amour est la panacée.

Cette pauvre femme a notamment commencé, si l’on se fie à ce qui a filtré dans la presse avant l’élection du fils heu… du mari prodige, pardon, par déniaiser le jeune Emmanuel alors qu’il était ado (Allo ? Pédophilie ? Que nenni : laissons cela aux familles des sans-dents du Nôôôrd de la France, pardi !).
Pour ce faire, elle a profité de son « aura  » de professeuse (on féminise tout désormais, n’est-ce pas ?) de français. Oussa, commenssa ? Bah, dans une institution jésuitique parait-il (un truc franchement atypique, si avéré : une femme là-dedans, c’est pas prévu selon la règle).
Bref, comme aurait dit l’autre roi : Brigitte (ex)Trogneux -Macron correspond au profil des parents de Michel Houellebecq, tels qu’ils les a décrits dans l’un de ces excellents bouquins : « Les Particules élémentaires ». C’est à dire une baba-cool éclose lors des merveilleusement transgressives années 60/70, mais qui n’a pas su, mais qui n’a pas voulu vieillir.
Hélas, dorénavant femme d’un président, elle a atteint son apogée. Elle est désormais en première ride heu.. en première ligne, pardon (bis). Aussi, de tels propos venant de sa bouche flétrie sont une insulte faite à tous les parents qui se battent contre des gamins devenus de véritables terreurs, suite à une propagande qui a explosé dans la foulée de la « Révolution » de mai 68 et qui n’a eu de cesse, depuis, de promouvoir un « enfant roi » de malheur !

Seulement, qu’attendre d’autre de ces gens bouffis, de ces gens bouffés par un dogmatisme absolutiste, dont le but premier était d’écrabouiller un ordre moral issu d’un catholicisme qu’ils exècrent par-dessus tout ? Manque de bol, ce qu’ils ont mis en lieu et place de ce ciment sociétal qu’était la religion majoritaire d’alors (Michel M. souligne à nouveau qu’il se considère libre penseur), a mis au monde cette société occidentale de tous les excès car essentiellement matérialiste, et dans laquelle tout est fait, tout a été fait pour réduire à peau de chagrin la spiritualité qui permettait à l’humain de se respecter, donc de respecter autrui.

Décadence, quand tu tiens les rênes… »

Bonsoir chez vous.

* Le 1er, avec les fautes d’orthographe d’origine (fichier jpg oblige !) : Jean-d (2013/02/08)

   Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire