Parce qu’il faut bien en causer, hélas

Il n’est pas étonnant que l’artefact Macron soit si mauvais en tant que président puisque son rôle n’a constitué, depuis son apparition sur les radars politiques, qu’à vendre les entreprises qui faisaient de la France un grand pays.
Aussi, en tant que ministre ça ne se voyait pas trop car ce n’est pas lui qui avait des comptes à rendre aux français (au pire, un remaniement faisait disparaitre le nom du fumier le temps de se refaire une santé).
Seulement voilà : une fois président, non seulement ses actes sont visibles au quotidien par tous, d’où les Gilets jaunes mais, de surcroit, ses actions passées sont désormais clairement contestables quand on en fait leur bilan.

Extrait –  » On l’observe d’ailleurs également du côté du projet de fusion entre Alstom et son ancien concurrent d’outre-Rhin, Siemens Mobility annoncé en septembre 2017.
Fruit d’une «idée» d’Emmanuel Macron Président devant mener à la création d’un «Airbus du rail» pour «faire face à la concurrence» du Chinois CRRC (China Railway Rolling Stock Corp), cette «fusion entre égaux» a rapidement déraillé pour prendre la forme d’un énorme cadeau au conglomérat allemand. Malgré un siège à Paris, l’Allemand pourra devenir l’actionnaire majoritaire sous quatre ans.
[…]
Également soutenue par Bercy en 2015, l’OPA lancée par le finlandais Nokia sur Alcatel-Lucent. Une opération boursière —sous couvert de la nécessité de contrer les ambitions chinoises en Europe- qu’Emmanuel Macron défendit. Une «bonne opération» pour le groupe franco-américain affirmait celui qui était alors ministre de l’Économie de François Hollande devant les caméras, n’hésitant pas à railler les détracteurs de ce énième rachat d’un leader industriel mondial tricolore.
[…]
Deux ans plus tard, Nokia taille dans les effectifs et souhaite même revendre la filiale «câbles sous-marins» de l’ancien champion français, une activité pourtant liée à la souveraineté des États. Deux ans plus tard, Nokia taille dans les effectifs et souhaite même revendre la filiale «câbles sous-marins» de l’ancien champion français, une activité pourtant liée à la souveraineté des États. « 

Ce très, très sale type est de la pire espèce : il est dénué de formation politique, mais banquier pur souche. Il se fout donc totalement de ses administrés et des problèmes existentiels que ceux-ci peuvent rencontrer suite à ses saloperies. Normal, puisqu’il a été créé de toute pièce pour se faire du fric sur le dos des pauvres en faisant plaisir à ses potes de la finance supranationale, auxquels il refourgue l’excellence française.

Un en mot, Macron est un traitre au pays. Il mérite donc de passer de longues années en prison. Qu’il ne fera bien évidemment jamais, car ces gens qui ont détruit depuis des décennies ce pays ont tous été grassement remerciés et vivent des jours tranquilles jusqu’à ce qu’ils crèvent.
Au pire, son exfiltration est de toute façon prévue de longue date, on peut en être assuré.

Elle est à déféquer, cette graine de voyou germée.

https://fr.sputniknews.com/economie/20190118103969307.. Technip, Alstom, Alcatel: les crashs des «Airbus de…», façon Macron fr.sputniknews.com

   Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire