La Normandie d’Arromanches sous l’Ascension, et sous la purulente soumission franco-normande à l’américanisme hollywoodien.

Quarante-huit heures loin de Paris, et encore plus de Nice, mais cela n’a pas empêché Elena A. de se baigner à Arromanches, puis à Cabourg, à Houlgate et enfin à Villers-sur-mer. Michel M. a stoppé là cette débauche car ils seraient toujours à longer la côté afin que sa brune puisse se mettre à l’eau. Une eau à 15 / 16°, soit identique à la mer Méditerranée d’il y a un mois…

À noter que cette débauche d’américanisme écœurant, quand on sait à quel point cette terre à été écrabouillée sous les tapis de bombes, a dégoûté les deux touristes

Eux qui en savent un peu plus que l’immense majorité des occidentaux, biberonnés à la propagande hollywoodienne et aux G.I. seuls et uniques libérateurs de la France, de l’Europe (et du monde pourquoi pas, hein ?). Eux qui connaissent le prix qu’a coûté à la Russie l’arrêt de l’armée allemande à Stalingrad, cette terrible victoire face aux troupes d’élite nazies. Cette Russie qui a perdu entre 22 et 27 millions de ses habitants pour n’en gagner que mépris, guerre froide, trahison.

Soixante dix ans plus tard, la Russie est toujours l’ennemi à abattre quand, en sumultané, les États-unis n’en finissent pas de crever sous leur rage russophobe, une hystérie qui en est arrivée à ce que leur président en soi lui-même accusé de trahison et que, pendant ce temps-là, les guerres de spoliations de ces suprémacistes n’en finissent pas de souiller l’Histoire de l’humanité…

Vivement la fin de la maison Washington !

   Envoyer l'article en PDF