M’agenouiller en signe de repentance ? Plutôt crever, oui !

Extrait (publication datée du 1er juin) – « Il est curieux que les scènes de violence les plus flagrantes se déroulent dans les États qui votent habituellement pour le Parti démocrate, dans des villes dirigées par des maires de gauche. Beaucoup de maires et de chefs de police y sont eux-mêmes noirs. Dans de nombreuses localités, la police a reçu l’ordre de se retirer alors que la foule se déchaînait. Le maire de Minneapolis a accusé les «suprématistes blancs» et les «étrangers» d’être responsables de cette violence.

Cette affirmation s’est révélée fausse  : il n’y a pas de suprématistes blancs, seulement des membres d’Antifa, du groupement Black Lives Matter et de groupes apparentés. Une analyse des codes postaux des personnes arrêtées montre qu’elles sont en grande majorité originaires de la région de Minneapolis.

En même temps, diverses célébrités encouragent l’anarchie en acclamant les malfaiteurs et en promettant publiquement de payer leur caution.

L’acteur Justin Timberlake, pour ne prendre qu’un exemple, a encouragé ses fans à se joindre à lui «pour soutenir les manifestants de Minneapolis» en faisant un don à un «fonds pour la liberté» qui est destiné à lutter contre «les méfaits de l’incarcération».

Qu’en est-il alors des «méfaits» de la destruction des biens d’autrui ou de coups portés à la tête avec un skateboard et des pierres  ? »

S’agenouiller en signe de repentance, c’est comme applaudir chaque soir parce qu’une demande gouvernementale en a été faite, un gouvernement qui gazait quelques jour auparavant le confinement ceux qu’il fallait désormais applaudir.
S’agenouiller en signe de repentance, c’est comme revêtir ce masque qui est un marqueur social de soumission aux criminels qui nous « dirigent », bien plus qu’une protection contre… rien.
S’agenouiller en signe de repentance, c’est montrer son zombie-charlisme et empêcher l’éveil de sa conscience contre la propagande mondialiste.

Bonjour chez vous.
 
 
   Envoyer l'article en PDF